Accueil
    En ce moment !
    Artiste-Peintre
    Homme de pierres
    Terrien engagé
    Voyageur de l'âme
    Galerie
    Artiste croyant
    Droits de la terre
  Terre concept
        Chaussettes roses de terre
        La Plouf Économie
        Plantations de terres
        Le Canon cesso de Terre / Il cannone chiotte di Terra
    Autres sites
    Livres : écri-vin
    Contact
    Nouvelle page

Imprimer

Chaussettes roses de terre


Réalisation Damien Nicolini

Les chaussettes rose de terre : c'est l'homme qui marche joyeusement sur la Terre.

 L’histoire des chaussettes roses de terre

 Préambule :

Pardon à ceux qui pensent que l’histoire les chaussettes roses de terre ne tient pas sa place ici et aujourd’hui.

Pardon à ceux que cette libre poésie peut choquer, elle peut s’opposer aux bombes de guerre de façon générale et à ces petites bombes nucléaires au pouvoir de destruction atomique chirurgicalement localisées sur terre et demain dans l’espace.

L’histoire des chaussettes roses de terre débute peut-être avec l’ouverture de la bouche de la grenouille verte. Le rose colore sa bouche lorsqu’elle s’approche pour choper le titillage du bout de tissu sur l’eau ; le vert extérieur contraste ici avec le rose intérieur, comme mes chaussettes sous le pantalon.

Les chaussettes roses de terre ne manifestent pas un souvenir nostalgique des bébés roses, toutefois lors du séchage, moment d’instabilité vulnérable, le déversement des gazouillements premiers adoucit leurs fibres sensibles.

A la différence de la chaussure, la chaussette permet une sensibilité plus fine avec la terre, selon qu’elle se présente en roche, galets, cailloux, sable, terre mouillée ou terre séchée, argile, schiste…

Une danse du ventre syrienne perturbe l’écriture de cette histoire, l’évasion sur la fenêtre-campagne d’Isère elle aussi se tamise de soleil bleu, rouge, jaune papier sur fil de bois. Si la chaussette rose favorise cette envolée de pensée, peut-on définir la chaussure comme une « tue »  la terre ?

Donc, comme un trait d’union,  la chaussette assume ce lien fondamental entre l’homme et la terre, entre la nudité du pied et la générosité de la terre.Les feuilles mortes ressemblent aux chaussettes : un tapis végétal, chaussettes de terre, un peu comme l’herbe aussi, constitue en quelques sortes les chaussettes sensibles de la terre, l’homme peut des lors marcher pieds nus…

La chaussette concurrence t’elle le mocassin d’indien ? Je crois que le mocassin ne peut se justifier que dans les montagnes rocailleuses et espaces de leurs plaines. Les Indiens restants comme les Terriens vivants estiment que les chaussettes roses de terre s’imposent plus justement à l’homme des villes au cœur des pays industrialisés .

 

Naissance d’une chaussette rose de terre

Si la terre est bleue avec la turquoise, lazurite, ou le lapis-lazuli, elle dévoile encore son bleu vu de l’espace, un rose léger devient donc la couleur complémentaire de ce bleu. Les chaussettes roses de terre n’ont pas été colorées par du sang, ce rouge vibré-guerrier, mais rouge de la vie aussi. Seul un colorant dosé d’un peu d’érythrine peut donner ce rose si délicat ; l’érythrine est une pierre à base de cobalt, que l’on trouve au Maroc ou bien en Australie, on l’appelle aussi fleurs de cobalt car sa cristallisation irisée dessine des marguerites rosées.

La coloration se passe dans la machine à laver le linge avec les terres concassées et broyées, le séchage, dans la salle de bains s’accompagne d’un déjeuner, ici s’affirme un principe essentiel : « dans la salle de bains on peut lire à table ». Ce jour là, quel bonheur, quel joyeux bonheur s’émane de ma maison ! L’orage beauté du ciel heureux s’arc en ciel jusqu’à ces pieds.

Les chaussettes roses de terre aiment aussi beaucoup le bleu du ciel…Elles gardent toutefois une préférence pour l’eau bleue car à la différence de l’air, elles sont certaines qu’elle est potable, en effet, colorer l’air en bleu afin de savoir s’il devient respirable ce n’est pas pour demain…

L’eau comme l’air naturel ne sont-ils pas bleus ? Dans certaines villes, il arrive que le ciel ne trouve plus son bleu, alors là, les chaussettes roses de terre troublées deviennent très tristes, si tristes…

D’ailleurs souvent dans ces villes le sol n’est pas en terre…alors, les chaussettes roses de terre se cachent dans les chaussures et sous les pantalons…et c’est mieux pour elles…

Le premier bonheur d’une chaussette rose de terre juste après son bain : s’envoyer en l’air sur l’étendage avec pince à linge de bois, bien sûr, elle préfère le séchage d’automne avec le vent qui vole entre les arbres, mais avec la neige et le frimas elle ne dédaigne pas  la douce chaleur de la salle de bains. Le vrai bonheur d’une chaussette rose de terre est de rencontrer une sandale rose de terre sur une plage. La voir se trémousser et s’enrouler à ce moment inattendu où elle tombe en amour, tient du miracle. Les chaussettes roses de terre aiment bien les balades en bateau, surtout les bateaux en bois bleu, elles apprécient également les envolées d’hélicoptère dans le ciel bleu.

 Les chaussettes roses de terre manifestent une vive répulsion avec le rouge ainsi que de tous les objets excessifs colorés de rouge et d’orange vif et plus encore un rejet du feu qui détruit. De tous les façons, les chaussettes roses de terre n’aiment pas les compétitions quels qu’en soit leurs enjeux.

En Acadie les chaussettes roses de terre s’allongent dans les champs de bleuets argentés, si le vent faiblit,les maringoins arrivent,alors elles s’excitent et dessinent un drole de balai saccadé, se frottant, s’étirant droit dans les grappes de fruit ou d’un coup vif dans le ciel.

Evidemment la rose rose renforce le courage les chaussettes roses de terre surtout durant les journées de ciel bleu où elles peuvent s’échapper des chaussures et jouer avec les roses pétales copines. Connaissant la douleur de l’amour elles se méfient de leurs taquines épines qui accrochent leurs fils et peut etre à cause du ciel ou du saphir,les chaussettes roses de terre craquent complètement pour les yeux bleus de terre qui les regardent.

Les chaussettes roses de terre, comme les fleurs, aiment la joie qui inonde parfois le cœur… la joie.

Les chaussettes roses de terre n’appartiennent pas à un pays particulier, elles aiment la terre tout entière, toute cette entière Terre et comme les chaussettes roses de terre se portent aux pieds des Hommes, alors, elles aiment tous les Terriens… et voilà !

 

 

Philippe MONCORGÉ

Contact   philippe@moncorge.net         site www.moncorge.net

novembre 2003